Exposition aux ondes électro - magnétiques

L’onde électromagnétique est la résultante d’un champ électrique et d’un champ magnétique. Elle transporte de l’énergie et est utilisée pour transmettre de l’information.

 

La pollution électromagnétique recouvre les champs électromagnétiques émis par les lignes électriques, le câblage électrique, les appareils et les combinés, ainsi que les technologies sans fil (téléphones portables et sans fil, stations cellulaires, Wi-Fi, ordinateurs portables sans fil, routeurs sans fil, interphones de surveillance pour bébé et autres appareils électroniques).

Type d'appareils

Fréquences utilisées

Téléphonie 2G (téléphonie mobile voix seulement)

900 et 1800 Mhz

Téléphonie 3G (téléphonie mobile voix et données)

2100 Mhz

Téléphonie 4G (téléphonie mobile voix et données)

800 et 2600 Mhz

Wifi

2400 Mhz

Téléphone de maison sans fil (DECT)

de 1880 à 1900 Mhz

Ecoute-bébé

40 Mhz ou de 900 à 2400 Mhz

selon les modèles

 

 

 

Mais, en termes de conséquences sur la santé, il ne faut pas oublier les champs basses fréquences émis par l’électricité. C’est une source de pollution sous-estimée mais pourtant majeure.

 

 

En effet, le courant électrique domestique (fréquence 50 Hz en France) et les nombreux systèmes et appareils électroniques et informatiques utilisés quotidiennement émettent des champs basses fréquences dans leur environnement et participent de manière non négligeable à la constitution du brouillard d’ondes dans lequel nous baignons en permanence.

Ce spectre fait peur, mais il contredit surtout la notion officielle de DAS. En effet, des effets thermiques ne sont enregistrés qu'à partir des micro-ondes alors que téléphones portables et autres appareils émetteurs ont des fréquences allant des ELF aux hautes fréquences.

 

L'ensemble du spectre génère des effets athermiques qui ne sont toujours pas pris en compte par les industriels ou les pouvoirs publics.

Officiellement, pour les Pouvoirs Publics, la seule variable étudiée pour banaliser les risques de pollution électro magnétique est le DAS pour « Débit d'Absorption Spécifique » (aussi appelé TAS "Taux d'Absorption Spécifique) qui mesure l’élévation de la température d’un tissu sous l'effet d’un rayonnement.

 

Problèmes :

 

  • Le DAS, comme son acronyme l’indique, est une mesure « spécifique » c'est-à-dire qui est « exclusivement propre à une chose ». Or, les champs électromagnétiques sont aussi variés que les appareils émetteurs, des bornes Wi-Fi aux antennes relais en passant par les téléphones sans fil DECT ou les écrans d’ordinateur.
  • Le DAS ne concerne que les hautes fréquences, car les basses fréquences ne provoquent pas d'effets thermiques. Ennuyeux alors que les téléphones émettent dans les micro-ondes mais également dans les extrêmement basses fréquences (ELF)… les plus problématiques !
  • Le réchauffement des tissus est mesuré sur des cadavres d’animaux ou des mannequins… Est-il besoin de préciser que les utilisateurs de portables sont un peu plus vivants ?
  • Le DAS laisse dans l’ombre l’ensemble des perturbations biologiques.

 

Le DAS n'a ainsi aucune pertinence ou signification biologique. La meilleure preuve est que les tests sont la plupart du temps effectués, soit sur des cadavres d'animaux, soit sur des équivalents synthétiques de tissus ou d'organes « fantômes » dont les propriétés physiques et chimiques sont assimilées à celles de tissus vivants. Est-il besoin de préciser que l'organisme humain est bien plus complexe ?

Les champs électromagnétiques ne sont pas étrangers à un organisme vivant, mais jouent véritablement un rôle tout à fait fondamental et constitutif dans son organisation et son contrôle depuis le niveau microscopique cellulaire, en remontant jusqu'aux organes et fonctions.

 

C’est pourquoi, ils peuvent provoquer des effets nocifs sur la santé chez certaines personnes.

 

La particularité de ces ondes est qu’elles agissent sans que nous puissions nous en douter puisqu’elles sont inodores, invisibles et non audibles pour la majorité d’entre nous.

 

Cependant, des personnes sensibles qui en ont développé la sensation, de manière volontaire ou non, les ressentent y compris parfois de manière douloureuse.

 

Ces caractéristiques offre l’opportunité aux Pouvoirs Publics de refuser l’acceptation du fait qu'un organisme vivant est un « instrument » électromagnétique de grande et intense sensibilité, vulnérable aux interférences non-thermiques des champs électromagnétiques externes.

 

Pour appréhender encore plus la nocivité des ondes, il faut savoir que les grandes compagnies d'assurance refusent d'assurer les entreprises contre le risque des ondes depuis 2003 :

 

"La Lloyds a publié fin 2010 un rapport d'évaluation des risques sanitaires liés aux téléphones mobiles. Ils relevaient "un risque accru de certains cancers du cerveau" et une exposition des enfants "supérieure aux limites recommandées". [...]

Pour la Lloydd  "la comparaison entre l'amiante et les CEM est évidente"

 

Quel est l'impact véritable des ondes électromagnétiques sur la santé ?

 

"A l'échelle mondiale, je considère la pollution électromagnétique comme une catastrophe bien supérieure au réchauffement de la planète ou à l'augmentation des éléments chimiques de l'environnement" (Dr. R. Becker, chercheur nominé deux fois pour le prix Nobel)

 

Principaux effets biologiques mis en évidence par la recherche sur les champs électromagnétiques de basses fréquences :

 

  • Apparition de fatigue chronique
  • Diminution de sécrétion de la mélatonine
  • Augmentation des maux de tête et des dépressions
  • Effets sur le métabolisme de la membrane cellulaire
  • Activation de proliférations tumorales
  • Augmentation de la fréquence cardiaque
  • Augmentation ou diminution du nombre de globules blancs
  • Modification de la formule leucocytaire
  • Rupture de la chaîne ADN
  • Augmentation des malformations fœtales
  • Une diminution de la fertilité
  • Augmentation du risque de leucémie

 

Les aspects sanitaires incluent les dommages à l'ADN et aux gènes, les effets sur la mémoire, l'apprentissage, le comportement, l'attention, les perturbations du sommeil, le cancer et les maladies neurologiques telles que la maladie d'Alzheimer.

Deux minutes d’exposition suffiraient pour que l’activité électrique du cerveau de l’enfant

soit perturbée pendant plus d’une heure !

 

Le principe de précaution élémentaire et indispensable consiste à adopter les règles d’hygiène électromagnétique qui permettent d’agir en toute connaissance sur ces ondes avant de basculer dans un état d’électro sensibilité contraignant, pour vivre dans un environnement le plus sain possible, sans pour autant renoncer au confort de la technologie.

 

Comment limiter son exposition aux ondes

et augmenter sa résistance:

 

A défaut de législation vraiment contraignante, c'est à chacun de prendre ses responsabilités et de modifier quelque peu ses habitudes pour éviter d'atteindre le seuil limite de tolérance, le cumul dans le temps étant un principe admis par les experts.

 

Les 4 règles de base :

 

1. Utiliser son portable et le sans-fil le moins souvent et le moins longtemps possible

Rappelons que les normes précisent que le temps maximum de communication devrait être de 6 minutes avec un repos de 2 heures afin de laisser refroidir les liquides cérébraux...

 

2. Eteindre les appareils dès qu'on ne les utilise pas plutôt que de les laisser en veilleuse.

Règle valable pour son téléphone mais aussi pour le Wi-Fi, le Bluetooth de la voiture, les appareils électriques ou même les rallonges et prises multiples, que des appareils soient branchés dessus ou pas !

 

3. Sanctuariser autant que possible sa chambre à coucher et celle de ses proches.

Jamais de téléviseur ou d'ordinateur, le minimum de métal sous le lit, le minimum de câbles électriques et une distance d'au moins 1 mètre avec tout interrupteur ou appareil électrique, lampe de chevet comprise !

 

4. Protéger les enfants et les femmes enceintes !

Jamais de baby-phone sur le berceau, pas de tablette tactile pour les enfants et le strict minimum de téléphonie. Côté femmes enceintes, pas de micro-ondes ou de plaques à induction en cuisine, jamais de téléphone à proximité du ventre ou d'ordinateur sur les genoux !

 

Règles liées à l'usage du téléphone portable:

 

  • Ne pas conserver le portable à proximité du cerveau, du cœur, des parties génitales ou des implants électroniques (pacemaker).
  • Ne pas porter son téléphone à l'oreille dans les secondes qui suivent la numérotation. Attendre la première sonnerie. Le pic d'émission des ondes du téléphone est en effet lors de la connexion.
  • Varier l'oreille utilisée: une fois à droite, une fois à gauche.
  • Eviter de téléphoner lors de déplacements, même à pieds et à fortiori en train ou en voiture (cage de Faraday) et éteignez votre téléphone pour éviter qu'il ne cherche en permanence l'antenne relais la plus proche.
  • Eviter de téléphoner dans les endroits mal desservis, les ascenseurs ou les sous-sol de parkings, lorsque le téléphone est en pleine puissance à la recherche d'antennes-relais.
  • Dans les transports en commun, éloignez-vous autant que possible de ceux qui téléphonent, un téléphone rayonnant jusqu'à 1,50 mètre.
  • Privilégier les SMS ou les textos
  • Désactiver les fonctions Wi-Fi ou Bluetooth ainsi que les programmes nécessitant une connexion régulière (météo, réseaux sociaux, GPS, téléchargements,...)
  • Opter pour un modèle simple de téléphone 3G. Le 3G divise par 28 la pollution électromagnétique par rapport au 2G tandis que la 4G induit des ondes plus perturbantes. Verrouiller donc si possible votre téléphone récent en mode 3G.
  • L'utilisation de l'oreillette filaire ne supprime pas la nocivité des ELF mais limitera les effets thermiques (ce que mesure l'indice DAS ou "Débit d'absorption spécifique"). Attention: outre le faux sentiment de sécurité, une oreillette sans fil ajoutera encore des ondes, sauf à s'équiper d'une oreillette pneumatique (oreillettes à tube à air). Les oreillettes Bluetooth sont encore pires puisqu'elles émettent des ondes directement dans l'oreille! Si les oreillettes sont autant recommandées (notamment par le Ministère de la Santé français), c'est parce que l'on ne prend en compte que les effets thermiques du téléphone, feignant d'ignorer toutes les perturbations biologiques... et que l'on ne bride pas la consommation téléphonique, si bénéfice à la croissance économique...

 

Règles liées aux autres appareils et à l'usage domestique:

 

  • Privilégier les téléphones fixes filaires plutôt que les téléphones sans-fil (DECT), tout aussi problématiques que les portables! Un socle DECT émet ainsi à des niveaux deux à trois fois supérieurs à ceux d'une antenne-relais extérieure.
  • A défaut, optez pour un sans fil muni d'un mode ECO DECT+, qui au minimum coupe les émissions de sa base lorsqu'il est en veille.
  • Dans tous les cas, remettez toujours le combiner en place sur son support et éloignez-le autant que possible de votre lieu de séjour.
  • Préférez la connexion filaire pour internet sinon déconnectez le WIFI dès que possible.
  • Déconnectez la fonction "Hot Spot" de votre routeur Wi-Fi, qui transforme votre appareil en véritable antenne-relais pour tout votre voisinage.
  • Déconnectez également le Wi-Fi et Bluetooth de votre ordinateur et de votre voiture.
  • Ne pas poser son ordinateur portable sur ses genoux pour travailler.
  • Branchez un clavier et une souris externes à votre ordinateur portable via les ports USB.
  • Ne brancher vos appareils que sur des prises de terre fonctionnelles.
  • Vérifier le sens de branchement de votre lampe de chevet.
  • Limitez au maximum la proximité des appareils électriques.
  • Evitez au maximum les ampoules basse consommation fluo compactes qui exposent à un champ électromagnétique très important: 15 V / mètre à 30 cm. En plus, elles renferment du mercure!  A ce titre, elles devraient d'ailleurs être interdites à l'horizon 2020...

 

Règles liées à l'hygiène de vie:

 

  • Eviter les vêtements synthétiques (qui piègent l'électricité statique) au profit des textiles naturels (laine, soie et cotons bio)
  • Nourrissez-vous de fruits et légumes antioxydants riches en électrons qui vont aider à limiter les symptômes inflammatoires dus au stress électromagnétique et au stress oxydatif.
  • Bannissez le four à micro-onde de votre cuisine!  Outre les fuites d'ondes au bout de quelques mois, ils modifient la structure moléculaire des aliments, leur faisant perdre tout bienfait. Les plaques à induction sont également à éviter. Optez idéalement pour des ustensiles permettant une cuisson basse température.
  • Prenez soin de la circulation énergétique dans votre environnement (le Feng Shui chinois) et méfiez-vous notamment des miroirs qui renvoient les ondes vers soi.
  • Buvez une eau la moins chargée possible en minéraux, idéalement moins de 50 mg / litre, ce qui exclut toutes les eaux minérales, arnaques du marketing. Préférez les eaux de source ou, mieux encore, les eaux dynamisées. «L'eau, constituant essentiel des cellules et de tout organisme vivant, possède des propriétés diamagnétiques exceptionnelles. Il importe donc que le vivant, complexe fortement hydraté, exploite au mieux cette propriété pour se protéger de toute induction perturbatrice extérieure.» explique le Dr. André FOUGEROUSSE.
  • Apprenez à respirer et à lutter contre l'hypoxie à savoir le manque d'air au niveau des cellules.
  • Déchargez-vous dans la terre en marchant le plus souvent pieds nu dans l'herbe ou équipez-vous de matériel de mise à la terre.
  • Globalement, dormez suffisamment, respectez votre organisme et votre nature...

 

Autres recommandations :

 

  • Utiliser des câbles et des multiprises blindés pour réduire l’exposition aux champs électriques, notamment dans les chambres à coucher ou les bureaux informatiques.
  • Utiliser des outils de mise à la terre pour réduire l’exposition électromagnétique. En effet, plutôt que de subir la charge électrique, celle-ci ne fait que nous traverser pour rejoindre la terre :
  • sur-matelas de mise à la terre isolant de « l’électrosmog » durant le sommeil.
  • Pour ceux qui travaillent sur ordinateur, un tapis de mise à la terre sous les pieds pour drainer la charge corporelle induite par les champs électriques environnants.

 

Les normes bioénergétiques

 

En France, les normes officielles applicables sont données par le "Guide provisoire pour l'établissement de limites d'exposition aux champs électromagnétiques aux fréquences de 50/60 hertz", publié par la commission internationale de protection contre les rayonnements non-ionisants (ICNIRP).

 

En bioénergie, les limites sont considérablement moindres. Il s’agit de valeurs cadres. C'est le seuil à ne pas dépasser pour une exposition prolongée qui déterminera les seuils. Ces valeurs limites ont été établies en fonction des effets immédiats que peuvent avoir sur l'être humain les courants induits dans l'organisme par les champs électriques ou magnétiques.

 

Champ électrique - 16.6Hz à 50Hz (Hertz)

Risque pour la santé >30 V/m - danger > 800 V/m

 

Le champ électrique est une zone d’influence autour d’un appareil ou d’un câble branché sur l’alimentation électrique (16.6Hz pour les CFF et 50Hz dans l’habitat). Il est diminué par les murs épais et stoppé par un mur en béton armé. Notez que le bois est un isolant mais il conduit les champs électriques. Le champ électrique se mesure à l’aide d’un voltmètre muni d’une antenne ou d’un bras isolant.

Champ magnétique (val. moy.) - 16.6Hz à 50Hz (Hertz)

Risque pour la santé > 20 nT = 2.5 mG - danger 500 nT = 5 mG

Le champ magnétique est une zone d’influence autour d’un appareil ou d’un câble dans lequel circule un courant électrique. Il traverse tous les matériaux de construction sans être diminué. Le champ magnétique se mesure à l’aide d’une bobine inductive reliée à un voltmètre. Les mesures doivent préciser s’il s’agit de la valeur maximale unidirectionnelle (val. max.) ou de la moyenne dans les trois directions de l’espace (val. moy.)

 

Champ électromagnétique non pulsé - 10KHz à 3GHz

Risque pour la santé > 0.1 V/m - danger < 0.6 V/m

 

Le champ électromagnétique non pulsé est celui des antennes radio, CB, gendarmerie, police, aéroport, hôpitaux, télévision, système d’alarme, etc. Ces champs se mesurent à l’aide d’un mesureur de bandes muni d’antennes spéciales, selon les fréquences.

 

Champ électromagnétique pulsé - 300MHz à 3GHz (GSM)

Risque pour la santé < 0,3 V/ m - danger < 2.0 V/m

 

Le champ électromagnétique pulsé est celui des antennes relais pour les téléphones mobiles. Il est atténué par les murs épais et dépend fortement de l’inclinaison et de l’orientation des émetteurs.

 

  • Jusqu’à 50m d’une antenne placée à 20m de haut, les valeurs sont faibles.
  • En revanche entre 100m et 250m, elles dépassent souvent de beaucoup les normes éco biologiques (env. 1V/ m), puis décroissent lentement.

 

Ces champs se mesurent à l’aide d’un mesureur de bandes muni d’une antenne spéciale.

Les téléphones mobiles et les fours micro-ondes (fuites par les joints) ne se mesurent pas officiellement pas en mV/ m, mais en W/kg (watts par kilo).

Mesurée avec un mesureur de bande, les valeurs sont généralement très élevées.

 

Champ électrostatique à 2 cm

Risque pour la santé > 100V - danger 2000V

 

Le champ électrostatique est émis principalement par les matières synthétiques et les appareils électriques. Ils sont annulés en les couvrant d’une couche d’un matériau naturel ou par un liquide antistatique pour écran d’ordinateur. La charge électrique se mesure avec un mesureur de champ électrostatique, normalisé à 2 cm.

 

Décharge du champ électrostatique

Risque pour la santé >1 minute –

 

Si la valeur du champ est importante, la diminution dans le temps et la charge résiduelle sont également.

 

Radioactivité

Risque pour la santé >600 Bcq - danger < 800 Bcq

 

La radioactivité provient principalement du centre de la Terre et un peu de certains matériaux de construction. Les objets radioactifs sont rares et rayonnent à une faible distance. La radioactivité se mesure avec un compteur Geiger-Muller.

 

Résistance de la mise à terre

Danger > 10 Ohms

 

La résistance de la mise à terre se mesure aux bornes d’une prise électrique à l’aide d’un multimètre.

 

Variation locale du champ magnétique naturel vertical

Risque pour la santé > 200 nT/m - danger < 4000 nT/m

 

Le champ magnétique naturel dans sa composante verticale est perturbé par la géologie, les aimants et les masses métalliques dans la construction. La variation correspond aux valeurs mesurées en deux points distants de 1 m. Le champ magnétique naturel vertical se mesure avec un géo magnétomètre en nanotesla.

 

Variation locale du champ magnétique naturel horizontal

Danger > 10°

 

Le champ magnétique naturel dans sa composante verticale est perturbé par la géologie, les aimants et les masses métalliques dans la construction. La variation correspond à l’angle mesuré apport au nord magnétique moyen du lieu. Le champ magnétique naturel horizontal se mesure avec une boussole.

LE SYSTÈME NEURO VÉGÉ...

Ce type de mesure caractérise l’état réactionnel du système neuro-végétatif (SNV) face à un stimulus externe ou environnemental. Le système nerveux végétatif, appelé également autonome, est un système qui permet de réguler différentes ...

en savoir plus

LA BIO ÉNERGÉTIQUE

DÉFINITION

La bioénergétique est une branche de la biochimie qui analyse le flux d'énergie dans les systèmes vivants. L'utilisation de ce terme "bioénergétique" dans la communication de « SPORT-SANTE-PERFORMANCE » ne doit pas être...

en savoir plus

LA BIO ÉNERGÉTIQUE

LE CHAMP ÉNERGÉTIQUE

L'énergie est de l'information qui vibre ou se déplace. La majorité des énergies ne peuvent pas être vues, ni entendues ou touchées par nos cinq sens. Elles se déplacent si vite que nous ne pouvons pas les percevoir; généralement, on ne peut constater...

en savoir plus

LA BIO ÉNERGÉTIQUE

sportifs, amateurs ou professionnels, entraineurs, ce site vous est dédié

Association Khénato / Mentions légales / Contact

Sport Santé Performance 2015 © - Tous droits réservés